La zone de mort du mont Everest est-elle dangereuse ?

, ,
La zone de mort du mont Everest est-elle dangereuse ?
Partager l'article :

Certains alpinistes à la recherche de sensations fortes relèvent le défi de l’ascension du mont Everest. Avec ses 8 848 mètres d’altitude, c’est la plus haute montagne du monde. Les premières personnes à atteindre son sommet ont été Sir Edmund Hillary et Tenzing Norgay en 1953. Depuis lors, plus de 4 000 personnes ont atteint le sommet de la montagne.

Pour ce faire, les alpinistes doivent pénétrer dans la partie la plus dangereuse de la montagne. C’est ce qu’on appelle la “zone de la mort”. Pour se préparer, les alpinistes doivent laisser le temps à leur corps de s’habituer à l’altitude. C’est pourquoi ils passent normalement plusieurs semaines à escalader le mont Everest. Ils s’arrêtent pour se reposer tous les quelques milliers de pieds. Lorsqu’ils atteignent 8 000 mètres, ils entrent dans la zone de mort.

Quel est le danger de la zone de mort ?

Si loin au-dessus du niveau de la mer, la quantité d’oxygène dans l’atmosphère diminue de 40 %. Il est donc difficile pour le corps humain d’obtenir l’oxygène dont il a besoin. Combiné à l’effort physique que représente l’ascension de la montagne, cela peut être mortel. Certains alpinistes ont comparé cette expérience à “courir sur un tapis roulant et respirer à travers une paille”.

Chaque cellule de votre corps a besoin d’oxygène pour effectuer son travail. Pour cette raison, la nature peu oxygénée de la zone de mort en fait un endroit très dangereux. Elle peut avoir des effets désastreux sur le corps humain.

L’un d’entre eux est le gonflement du cerveau. Cela peut conduire à un œdème cérébral de haute altitude (OCEH). L’OCEH peut provoquer des nausées et des vomissements. Plus dangereux encore, il peut entraîner des difficultés de réflexion. Dans la zone de mort, les alpinistes peuvent oublier où ils se trouvent ou même avoir des hallucinations. Cela peut rendre une escalade dangereuse encore plus dangereuse.

De nombreux alpinistes souffrent d’un œdème pulmonaire de haute altitude (HAPE) dans la zone de mort. Les symptômes de l’HAPE comprennent la présence de liquide dans les poumons, la fatigue et la faiblesse. Les alpinistes touchés par l’HAPE peuvent également avoir l’impression d’étouffer. Ils auront une toux persistante. Ils peuvent cracher un liquide blanc et mousseux.

La cécité des neiges et les engelures sont d’autres dangers liés à la zone mortelle. La cécité des neiges est l’incapacité temporaire de voir en raison de l’éblouissement causé par la neige et la glace. Les gelures peuvent affecter toute peau exposée. Les températures sur le mont Everest sont suffisamment basses pour geler la peau instantanément.

Le mont Everest n’est pas le seul sommet à présenter une zone mortelle.

En fait, les 14 plus hautes montagnes du monde ont toutes une zone de mort. Elles sont toutes situées dans les chaînes de l’Himalaya et du Karakoram, sur le continent asiatique. Certains alpinistes passionnés se fixent pour objectif d’atteindre le sommet de ces 14 montagnes.

Les dernières actus

Pourquoi l’alcool est-il addictif ?

L’alcool et le cerveau L’alcool agit sur le cerveau en modifiant l’équilibre de certains produits chimiques et en perturbant la communication entre les cellules nerveuses....
Lire l'article

Pourquoi les feuilles changent-elles de couleur en automne ?

Le rôle de la chlorophylle Tout au long du printemps et de l’été, la chlorophylle, un pigment vert, est le principal acteur de la photosynthèse....
Lire l'article

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?

,
L’IA : Un miroir de l’intelligence humaine L’intelligence artificielle, ou IA, est un domaine de la science informatique qui cherche à créer des machines capables...
Lire l'article

Suivez-nous sur Facebook

Au hasard

Un petit clic sur Albert pour une question au hasard
confidentialitécontact

© 2024 - C'est la question

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram